Article

Le sens du terme « existence » : comment démêler la norme d’un « certain fondement factuel » et les questions communes après l’arrêt Pro-Sys

Auteurs : Derek D. Ricci et Michael Finley

Depuis 15 ans, le demandeur qui présente une demande d’autorisation d’exercer un recours collectif doit satisfaire à la norme de preuve « d’un certain fondement factuel ». Cette norme, toutefois, souffre d’imprécision, est plus facile à expliquer par la négative et est presque impossible à délimiter avec certitude. Néanmoins, malgré ses contours présentant un certain flou, elle a permis de faire en sorte que les demandes d’autorisation d’exercer un recours collectif continuent d’agir efficacement comme mécanisme de filtrage. La jurisprudence récente émanant de la Cour suprême du Canada peut sembler assurément favorable aux actions collectives, mais elle ne supprime pas pour autant ni n’abaisse la norme de preuve à satisfaire, ni ne tente par ailleurs d’affaiblir la fonction de filtrage que remplissent les demandes d’autorisation. Dans cet article, Derek Ricci et Michael Finley se penchent sur le concept ainsi que sur l’incidence du jugement rendu dans l’affaire Pro-Sys.

Cet article a été publié pour la première fois dans la revue intitulée Class Action Review de The Canadian Institute, vol. 1, no 2.

Télécharger cet article. (Disponible en anglais seulement)

Personnes-ressources

Connexe

Le plus haut tribunal du Canada rend une décision qui fera jurisprudence concernant le financement des litiges et le pouvoir discrétionnaire du tribunal à l’égard du processus de restructuration

28 janv. 2020 - Dans une décision unanime rendue séance tenante le 23 janvier 2020 dans l’affaire 9354-9186 Québec Inc. c. Callidus Capital Corporation, la Cour suprême du Canada a infirmé une décision unanime de la Cour d’appel du Québec. Les motifs de la Cour sont à venir. Attendus par les avocats...