Article

L’affaire Wright et la norme d’indépendance de l’expert établie dans l’affaire Detour Gold

Auteurs : Chantelle (Spagnola) Cseh et Carlos Sayao

Au soutien de sa décision (rendue récemment dans l’affaire Wright v. Detour Gold Corp.) de rejeter la requête du demandeur qui tentait d’obtenir la production en preuve des ébauches d’un rapport expert, la Cour supérieure de justice de l’Ontario s’est appuyée sur la jurisprudence établie par la Cour d’appel dans l’affaire Moore v. Getahun relativement aux relations existant entre les conseillers juridiques et les témoins experts. Les avocats plaidants retiendront tout particulièrement que la Cour, dans l’affaire Wright, repousse les limites des principes établis dans l’affaire Moore en déclarant qu’un expert est tout à fait en droit de confier à des conseillers juridiques indépendants le mandat de l’aider à élaborer son rapport d’expert.

Cet article a d’abord été publié en décembre 2016 dans le bulletin Keeping Tabs de The Advocates’ Society.

Télécharger cet article. (Disponible en anglais seulement)

Personnes-ressources

Connexe

Le plus haut tribunal du Canada rend une décision qui fera jurisprudence concernant le financement des litiges et le pouvoir discrétionnaire du tribunal à l’égard du processus de restructuration

28 janv. 2020 - Dans une décision unanime rendue séance tenante le 23 janvier 2020 dans l’affaire 9354-9186 Québec Inc. c. Callidus Capital Corporation, la Cour suprême du Canada a infirmé une décision unanime de la Cour d’appel du Québec. Les motifs de la Cour sont à venir. Attendus par les avocats...